Considérée par l’opinion publique comme un repaire de terroriste, la ville de Molenbeek tente de se défaire d’une image peu ragoutante que les derniers évènements en date ont encore renforcé. Histoire d’échapper aux quolibets, le groupe Publicis Brussels tente de mettre en avant ses bienfaits à travers une refonte d’identité que la chronologie récente rend secondaire.

Réputation collante

De nombreux témoignages de différentes personnes se succèdent afin de donner à la ville une autre image que celle accolée par les médias. Pour beaucoup, Molenbeek est en effet une charmante bourgade dans laquelle il fait bon vivre. La mixité s’y marie globalement bien et la majorité est constituée de personnes tout à fait tranquille. En plus de ces témoignages, la ville s’est offerte une identité visuelle moderne avec en guise d’emblème, un rond semblable à ceux que l’on trouve sur les plans de villes ou de centres commerciaux. Idéal pour retrouver facilement cette ville ! Ce rond informatif, qui ressemble d’ailleurs à un ballon, se retrouve également au cœur de rosaces et sur la couverture de carnets municipaux ainsi que sur un papier cadeau spécialement édité pour l’occasion.

Pavée de bonne intention, cette démarche tombe au mauvais moment tant les derniers évènements ont renforcé son image de “ville repaire de terroristes” et donné du grain à moudre aux médias. Cette campagne ne bénéficie donc pas du meilleur timing que nous ayons vu. La vie et ses coïncidences…

 

01 02 03