Comme dans beaucoup de secteurs d’activités les graphistes, webdesigners, studios de création et agences cherchent à se faire une place parmis les milliers de résultats de recherche qu’affiche Google ! En partenariat avec la société de référencement CyberCité nous avons le plaisir de vous offrir 25 magazines KDKOL ! Ce magazine parle évidement de référencement et vous donnera de bons conseils pour faire remonter votre site dans Google. Retrouvez également dans cet article les bonnes pratiques à suivre pour le référencement naturel de votre site web.

Comment recevoir ce magazine ?
Pour recevoir le magazine KDKOL il vous suffit de commenter cet article et de nous envoyer un mail à shane.blog@me.com avec votre adresse postale et le pseudo utilisé pour votre commentaire.
LES 25 PREMIERS QUI COMMENTERONS L’ARTICLE recevront gratuitement ce magazine !

Conseils pour le référencement :

Le référencement est statistiquement le premier moyen de toucher le trafic disponible en France et à l’international. Les instituts de mesure d’audience indiquent depuis plusieurs années que le premier moyen d’accès aux sites web en France sont les moteurs de recherche. Travail de longue haleine et de long terme, le référencement naturel « marche » sur trois jambes : trois types d’interventions distinctes mais complémentaires doivent être activées dans une action de référencement :

1 – Une phase technique dite d’optimisation,
2 – Une phase stratégique basée le contenu du site et la définition des mots-clés, dite sémantique
3 – Une phase de « linking » (création de liens) dite de maillage.

1 – La phase technique d’optimisation
Les techniques approuvées par les moteurs de recherche dites « withe hat » :
– Optimisation des balises méta : Les metas sont des balises html contenues dans l’entête d’une page web permettant de fournir des informations aux moteurs sur son contenu. Les plus courantes sont les balises meta «description», « title » et «keywords».
– La réécriture d’url : Technique consistant à faire réécrire (par le serveur web) sous forme plus simple des URL complexes comportant des espaces, des accents, caractères exotiques (?, !, &, %,). Cette technique est fréquemment utilisée lors de création de sites comportant des bases de données dynamiques.
D’autres techniques sont parfois employées mais totalement interdites par les moteurs de recherche et dites « Black Hat ». Ces techniques sont proscrites et n’ont pas d’effets positifs à moyen et long terme :
– La duplication de contenu : un contenu identique pour plusieurs URL différentes,
– L’achat de liens,
– Les pages satellites : ce sont des pages d’un site dédiées au référencement sur les moteurs de recherche. Elles ne sont, en général, pas visibles par le visiteur qui se voit rediriger vers une autre page du site. Ces pages contiennent un texte avec parfois une répétition de mots clés qui leur permettent de se positionner dans les premiers résultats.
Pour en savoir plus sur les bonne pratiques du référencement selon Google, il est possible de consulter en ligne le Google Webmaster Guideline ou Google Webmaster Tools.

2 – La phase sémantique : l’optimisation du contenu du site et la définition des mots-clés

Quelles stratégies de mots-clés adopter ?
Le contenu souvent le parent pauvre du référencement, alors qu’il n’y a pas de référencement sans contenu et sans mots-clés stratégiquement définis.

Comment choisir ses mots clés ?

– les mots clés « cibles » doivent être en adéquation avec l’activité du client,
– ils doivent également correspondre à un contenu présent ou disponible sur le site,
– ils doivent présenter un potentiel d’audience significatif,
– ils doivent faire preuve de réalisme par rapport au sujet du site,
– l’annonceur doit veiller en choisissant ses mots-clefs à ne pas porter atteinte aux droits des tiers et notamment à ne pas reproduire, sauf autorisation expresse et préalable de signes distinctifs protégés (marque, nom de domaine, dénomination social, nom commercial…) notamment ceux de ses concurrents, cette pratique pouvant en effet assimilée à de la contrefaçon ou de la concurrence déloyale.
NB : grâce aux outils de mesure d’audience et notamment de tracking, il est possible d’affiner et de redéfinir a posteriori les mots-clés en choisissant ceux qui ont le potentiel de transformation le plus élevé.

3 – La phase de maillage
Les moteurs de recherche et tout particulièrement Google sont friands de « liens », c’est à dire de toutes les fois où le nom de domaine est cité sur d’autres sites (échanges le liens entre sites, articles de presse en ligne citant l’URL d’un annonceur, communiqué de presse en ligne…). Plusieurs techniques complémentaires doivent être activées pour créer des liens.

L’inscription sur des annuaires thématiques, des blogs spécialisés.
Il s’agit d’outils spécialisés ou géolocalisés, contrairement aux grands outils de recherche comme Google. L’intérêt de ces annuaires et outils est double. Ils peuvent d’une part générer une audience ciblée, filtrée sur un thème particulier, et d’autre part assurer au site une meilleure prise en compte par les moteurs de recherche. Google et son PageRank sont d’ailleurs basés sur les liens hypertextes qui pointent vers le site. La croissance régulière du nombre de liens qui pointent vers le site et leur qualité impactent à moyen terme le PageRank TM du site et sa prise en compte finale par Google. Cette opération va être un accélérateur du référencement naturel.

Campagnes de linking

Le linking consiste à créer, sur des sites à fort trafic ou possédant une thématique intéressante et proche du site à référencer, un impact publicitaire en plaçant un lien texte vers le site en cours de référencement. Si le site à référencer le permet, il est possible de négocier un échange de liens « un pour un » entre site en cours de référencement et le site cible choisi. La mise en place d’une campagne de linking de qualité, menée avec logique, visant à cibler les sites phares, en accompagnant ce lien d’un discours et en le plaçant harmonieusement dans la page permet à long terme d’influencer le Pagerank TM.

Diffusion de communiqués de presse en ligne…

Plusieurs sites proposent de diffuser gratuitement (ex : www.news-eco.com) du contenu sous forme de communiqués de presse (environ 400 mots) sur une thématique précise dans lequel il est possible d’insérer quelques liens vers des pages précises du site à référencer. Vous pouvez également utiliser des Digg It ou agrégateurs de contenus (ex : www.wikio.fr) sans oublier de faire des liens vers votre site et vers les pages internes de votre site.

Production d’un contenu en ligne riche et pertinent capable de susciter spontanément des liens !

– Poster dans des sites de « How to » (ex : Yahoo answers, questions.behoo.com…)
Les bénéfices du référencement thématique sont nombreux et complémentaires d’autres résultats obtenus avec le positionnement naturel : trafic ciblé sectoriel, génération de microtrafics additionnels, meilleure prise en compte du site par les grands outils de recherche.

– Les facteurs bloquants du référencement

– La construction en frameset (Frame ou iframe) bien qu’aujourd’hui assez exceptionnelle et peu utilisée,
– Le développement en « Full Flash », qui empêche la lecture du contenu par les moteurs de recherche, et de manière générale l’utilisation de flash pour les liens internes du site. Cependant les nouveaux sites développés en Flash intègrent de plus en plus de contenu en format XML, facilitant les mises à jour, l’insertion de bases de données produits. Un script SEO a été mis au point afin de créer des URL fictives. Ce script permet de créer des urls du type : www.monsite.com/#/ma-page.html et de déclarer le contenu interne à l’animation flash chargée sur cette page. Mais ces url ne sont pas indexées dans Google. Cette technique ne permet pas l’indexation et donc le positionnement des sites Full Flash. Afin d’augmenter le référencement d’un site full Flash, il est donc nécessaire de générer de vraies pages statiques, donc de parser le contenu de son site Full Flash en html. – Une utilisation systématique des images pour du contenu textuel (il est préférable de bien mettre en avant le contenu textuel « en dur »),
– Les urls trop longues, avec des paramètres GET en trop grand nombre,
– Les url avec des caractères exotiques (espaces, accents, caractères exotiques ( ?, !, &, %,) etc.). Toutes les urls doivent avoir une forme statique, propre : les é, è, ê, ù, ô, … doivent être replacés par leur homologue : e, u, o …
– Les longues fonctions javascript dans les pages.
Shane